• FR
  • EN

Affaires Publiques et Innovation (option)

Sigle: op_A1, ECTS: 42

Objectifs du cours

L’option «  Affaires Publiques et Innovation » forme les élèves à l’analyse des dimensions politiques de l’innovation technique. Elle permet d’acquérir des compétences théoriques et pratiques dans des domaines tels que l’utilisation d’instruments marchands dans les politiques publiques (marché carbone, réforme tarifaire de la santé…), les choix publics en matière de valorisation de l’innovation (évaluation des performances des écotechnologies, détermination du prix des médicaments pour les maladies rares…), la gestion du risque par des outils technico-réglementaires (traçabilité des produits agro-industriels, encadrement du marché des substances chimiques…), ou encore les procédures de concertation (organisation de débats publics pour les projets d’infrastructure, relations entre l’entreprise et ses parties prenantes…).

Ces activités font aujourd’hui partie du quotidien de l’ingénieur occupant des fonctions de responsabilité dans l’entreprise, l’administration, les organisations internationales ou le secteur associatif. Elles visent à gérer des affaires publiques, caractérisées à la fois par des incertitudes liées au développement des technologies et des marchés, par des problèmes à l’interface entre l’organisation et ses parties prenantes (régulateurs, investisseurs, usagers, publics concernés…), et par l’articulation croissante entre les secteurs publics et privés, entre les échelles de gouvernement nationale, européenne et internationale. Elles requièrent d’associer à la maîtrise technique de l’innovation une compréhension fine de ses enjeux politiques, liés notamment aux évolutions réglementaires, aux relations avec la société civile et à l’organisation des échanges économiques.

Ainsi, la formation délivrée par l’option répond à une demande croissante pour des ingénieurs capables de mettre leurs compétences techniques au service de projets à l’interface entre le développement industriel, la régulation et la gestion des attentes des parties prenantes. Elle sera particulièrement valorisable dans les métiers des directions des affaires publiques, des relations institutionnelles ou de la stratégie des entreprises, du conseil, des administrations publiques, des organisations internationales, des grandes ONG, ou de la recherche en sciences sociales.

Contexte national et international
Les affaires publiques font partie aujourd’hui des programmes de formation de haut niveau (Ex : School of Public Affairs/Columbia University ; Master Affaires Publiques/Sciences Po). L’option s’inscrit dans ce paysage et tire parti des compétences propres de l’école en proposant une formation aux affaires publiques centrée sur les problèmes scientifiques et techniques. Elle s’appuie sur les travaux des centres de recherche de l’école relatifs aux études sociales et politiques de l’innovation et fait appel à une riche palette de partenaires académiques (Sciences Po, Université Paris-Dauphine, Kennedy School of Government/Harvard University, Center for the Analysis of Risk and Regulation/London School of Economics, Center for Science Policy and Outcome/ Arizona State University, Institute of Organization/ Copenhagen Business School).

Particularités de l’option
- L’option forme à l’analyse des questions politiques liées à l’innovation technique sur la base d’enquêtes et d’une formation en sciences sociales permettant d’acquérir des compétences en science politique, sociologie économique, science and technology studies (STS) et analyse juridique (en coopération avec le Centre de recherche sur les Risques et Crises de l’Ecole).
- Les stages sont hébergés par une grande diversité de partenaires (entreprises, organisations publiques nationales et internationales, think tanks, ONG). Ils ont pour objectif d’éclairer les responsables dans la gestion des affaires publiques et donnent lieu à l’écriture d’un policy/position paper ou d’un article scientifique.
- La formation est directement valorisable en entreprise, mais aussi dans les organisations publiques nationales et internationales et les ONG, ainsi que dans des activités de recherche.

Programme

Enseignements spécialisés recommandés par l'option
- Dynamique des Sciences et Techniques,
- Sociologie des Marchés
Le choix des ES fera l’objet de réflexions en commun entre les élèves et l’équipe pédagogique, en fonction des sujets de stage et des intérêts des élèves. Il est conseillé aux élèves de suivre les ES techniques qui leur seront utiles dans la conduite de leurs travaux d’option. Les élèves sont encouragés à suivre les séminaires d’institutions partenaires pertinents pour leur travail de fin d’études.  

Emploi du temps de l’option
Voyage d’étude de 2A : son objectif est d’analyser les liens entre les questions techniques et politiques soulevées par l’innovation, sur la base de rencontres et de visites de terrain. Exemples de thèmes possibles:
- Gestion des risques émergents au niveau national et européen (France, UK, Bruxelles). Terrains : agences sanitaires nationales et européennes, administrations nationales et européennes, entreprises du secteur de la chimie ;
- Exploitation minière dans l’outre-mer (Nouvelle-Calédonie). Terrains : entreprises minières,  communautés locales, collectivités publiques

Mois d’octobre de 3A : la formation comprend :
- l’acquisition d’outils méthodologiques qualitatifs et quantitatifs ;
- des ateliers fondés sur des lectures et des exercices pratiques. Les questions théoriques sont discutées dans un but de contribution au travail d’option. Les optionnaires se forment à l’analyse des dimensions politiques d’activités technico-économiques telles que la quantification des risques, l’évaluation marchande des biens et des services, ou la normalisation industrielle ;
- des interventions de partenaires académiques de l’option (à l’école ou dans le cadre de visites)
- des visites d’entreprises et d’organisations publiques.

Quelques sujets d'option représentatifs:
- Tests d’usage, mobilisation des utilisateurs du véhicule électrique et négociation avec les collectivités locales. Partenaire : Renault
- La valorisation financière des déchets nucléaires : choix d’actualisation et d’options réelles dans un contexte d’évolutions réglementaires. Partenaire : ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs)
- Une nouvelle réglementation des risques ? Gérer les incertitudes de l’évaluation et de la gestion des risques des perturbateurs endocriniens. Partenaire : ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail)
- Les critères de durabilité des biocarburants : politiques européennes et certification industrielle. Partenaire : Sofiproteol (groupe agro-industriel)
- Les mécanismes de Paiement pour Services Environnementaux pour l’entreprise ou le secteur public. Partenaire : RTE (Réseau de Transport d’Électricité)
- Le prix des médicaments : maladies rares et nouveaux modèles économiques. Partenaire : association de patients

Equipe pédagogique

Responsable(s)
Liliana DOGANOVABrice LAURENT

Chargé(s) d'enseignement

Sigle op_A1
Année 2ème & 3ème année
Niveau Graduate 1st year, Graduate 2nd year
Crédits ECTS 42
Coefficient 0
Nb. d'heures 266
Nb. de séances 213
Type de cours Option
Semestre 4, 5, 6
Période Printemps
Domaines
  • Sciences économiques et sociales
Dernière mise à jour:
21 Nov 2016 15:57 par pascaline